Emilie Smill

Forum non-officiel
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview pour Aficia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenny
Admin
avatar

Messages : 564
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Interview pour Aficia   Jeu 12 Mai - 19:09

Emilie Smill en interview : Ses débuts, son nouvel album, ses multiples talents et ses projets…

Alors qu’elle enchaîne les showcases et les concerts privés un peu partout en France afin d’assurer la promo de son nouvel album Douceurs d’Enfance, sorti le jour même du printemps, le 20 mars dernier, Emilie Smill a bien voulu répondre aux questions d’aficia. Une interview au cours de laquelle, la jeune artiste s’est confiée en toute simplicité et avec beaucoup de générosité…

Auteure, compositrice, interprète et également réalisatrice, Emilie Smill vit de la musique depuis 7 ans déjà. Cette artiste aux multiples talents n’arrête jamais et se consacre entièrement à sa passion, proposant des mélodies aux sonorités originales, des textes vrais faisant passer des messages, elle nous fait voyager dans son univers musical avec une générosité hors du commun. Son nouvel album Douceurs d’Enfance est un véritable petit bijou qui nous ramène avec beaucoup de nostalgie à l’enfance. Des titres plein de fraîcheur, comme c’est le cas avec « Plus libre d’être… », dont le clip a été réalisé par la jeune artiste qui attache une immense importance à la nature, cette dernière jouant un rôle essentiel dans la plupart de ses chansons. Aujourd’hui, Emilie Smill nous en dit plus lors de notre interview !


Emilie Smill, l’interview…

Bonjour Emilie et tout d’abord, merci d’avoir accepté cette interview avec aficia. Comment vas-tu ?

Bonjour, ça va très bien merci beaucoup.

Tu étais adolescente lorsque tu as commencé à t’intéresser à la musique et à l’écriture, comment sont nées ces deux passions ?

Et bien en fait tout a commencé à l’âge de 15 ans, lorsque j’étais adolescente. À l’époque, je partageais cette passion avec une amie et c’était un petit peu comme une lubie mais en ce qui me concerne, c’est très vite devenu une grande passion. J’ai tout d’abord commencé à chanter puis ensuite j’ai écrit des textes et composé des mélodies. C’est donc un peu plus tard que j’ai découvert cette autre passion pour l’écriture. Jusqu’à l’enregistrement de mon premier album J’avance, je dirais que ce n’était pas encore vraiment professionnel. Cela fait à peu près 7 ans que je vis vraiment de la musique.

Alors nous allons tout de suite parler de ton album Douceurs d’Enfance qui est dans les bacs depuis le 20 mars dernier. C’est donc une bonne nouvelle, que ressens-tu ?

C’est à la fois beaucoup de joie et de plaisir mais c’est aussi très stressant de sortir un nouvel album. Cela faisait 3 ans que je n’avais pas sorti d’album et pour Douceurs d’Enfance, je suis auteure, compositrice et interprète, donc bien sûr, c’est un album qui me tient énormément à cœur. C’est un album assez personnel dans lequel je livre mes émotions, mon âme. En fait, c’est vraiment très « Moi ». Je me suis inspirée de tout ce qui se passe autour de moi, des rencontres que je fais. Par exemple, pour la chanson « Mais où es-tu ? », je me suis inspirée de ces rencontres que je fais lorsque je chante pour les personnes âgées. Le titre « Mais où es-tu ? » parle des personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer et bien sûr c’est un sujet qui me touche. Cette chanson est intéressante dans le sens où elle peut avoir plusieurs interprétations. Je l’ai écrite au départ pour parler de la maladie d’Alzheimer mais il est vrai qu’elle peut aussi faire penser à une histoire d’amour. En fait, c’est assez amusant de constater le double sens que peut avoir une chanson. Les gens peuvent s’identifier et c’est ce qui fait la richesse d’une chanson. Je trouve ça très intéressant de voir qu’un titre peut avoir plusieurs lectures.

Tu écris, tu composes, pour Douceurs d’Enfance, tu as d’ailleurs écrit tous les textes et composé toutes les mélodies. Où trouves-tu ton inspiration ?

Je me mets tout simplement au piano et les mélodies viennent comme ça, je ne saurais pas l’expliquer. Je dirais que j’ai beaucoup d’inspiration en ce qui concerne la musique, c’est un peu plus difficile pour les textes parce que bien sûr, c’est important de dire des choses qui ont du sens. Pour moi, c’est plus facile de composer. Je compose depuis peu mais j’ai beaucoup de choses à raconter sur le piano. Actuellement, je pourrais déjà sortir un autre album (Rires). J’aime beaucoup composer des mélodies.

Tu attaches énormément d’importance à la nature, on le voit à travers ton clip « Plus libre d’être… » sorti dernièrement. Cela évoque beaucoup de choses pour toi ?

Oui, j’aime beaucoup la nature, j’aime m’y retrouver parce que ça m’apporte beaucoup de bien-être, ça me ressource, et ça m’apaise aussi. Je suis quelqu’un d’assez stressée alors ça me fait du bien de pouvoir m’évader dans la nature. J’aime bien la ville aussi, j’aime beaucoup les gens, j’aime être entourée des gens mais en même temps, j’ai besoin de solitude. Quand je me retrouve seule dans la nature, je me sens bien.


Quelles sont tes influences musicales ?

J’aime beaucoup la chanson française mais en même temps j’aime aussi écouter Les Beatles et Bruno Mars. Quelque part, cela m’inspire aussi d’écouter les autres. En fait, je trouve qu’on s’enrichit inconsciemment et c’est intéressant d’écouter le talent des autres artistes.

Au cours de ta carrière, il y a eu aussi de belles collaborations, comme ce duo avec Patrick Fiori sur scène et ta participation à plusieurs albums d’artistes connus, comme Céline Dion par exemple. Pourrais-tu nous parler un peu de ces collaborations justement ?

Évidemment, j’ai été très heureuse d’être invitée plusieurs fois par Patrick Fiori qui est un ami maintenant. Il m’a aussi offert sa première partie à l’Olympia et ça c’était énorme. Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour j’aurais la chance de pouvoir chanter sur cette scène mythique. Donc bien sûr, c’est un merveilleux souvenir et puis chanter avec Patrick Fiori qui est une grande voix, c’est très impressionnant, mais comme c’est quelqu’un qui sait mettre à l’aise, c’était vraiment un grand moment de partage. C’était vraiment sympa. Concernant les autres artistes, j’ai effectivement fait quelques choeurs pour Céline Dion et également chaque année, je participe au renforcement des choeurs pour le spectacle des Enfoirés. J’aime beaucoup le faire parce que ça apporte quelque chose aux personnes démunies et c’est vraiment super.

Est-ce qu’il y a un artiste ou plusieurs avec qui tu aimerais vraiment collaborer, faire un duo ?

C’est difficile de répondre parce que c’est vrai qu’il y a plein d’artistes que je trouve formidables. J’aime beaucoup Vianney, c’est la nouvelle génération, je trouve qu’il a beaucoup de talent, il a un univers, il a une voix particulière. J’aime aussi beaucoup Véronique Sanson, je trouve qu’elle a énormément de talent. C’est vraiment une artiste hors pair, enfin pour moi, elle incarne vraiment l’auteure-compositrice-interprète. Elle a vraiment quelque chose cette femme. J’aimerais bien la rencontrer en tout cas, je ne sais pas si c’est possible, il faut toujours espérer. J’aime beaucoup France Gall également. Véronique Sanson, je l’ai découverte récemment et j’ai écouté ses albums. Il y a des chansons que je n’avais jamais entendues et c’est vrai que je trouve qu’elle a vraiment un univers, elle a une vraie personnalité. Elle a quelque chose à elle qu’on ne trouve pas chez les autres… J’aime bien justement quand les artistes ont leur propre personnalité, ils sont vrais, ils sont « eux » et je trouve que c’est ce qui fait que nous sommes touchés.

Pour en revenir à ton album Douceurs d’Enfance, pourquoi avoir choisi ce titre ?

Alors, pourquoi Douceurs d’Enfance ? Parce qu’il est vrai que j’ai beaucoup de nostalgie et je pensais énormément à mon enfance lorsque j’ai composé les chansons de mon album. J’ai des souvenirs qui me reviennent, je ne sais pas pourquoi, mais peut-être que c’est tout simplement ce que j’avais envie d’écrire. Je suis bercée par l’enfance en ce moment alors je trouvais ce titre original et joli, très gourmand aussi. Je suis gourmande moi aussi donc c’est peut-être un peu pour ça (Rires). En fait, ce titre est vraiment révélateur parce que dans la plupart des chansons on retrouve le mot « Enfant » ou « Enfance » donc ce titre était une évidence.


Donc cet album justement c’est quand même un peu le reflet de toi, il est assez personnel. C’était important peut-être de te dévoiler davantage ?

En fait, je n’ai pas vraiment pensé à ça mais je crois qu’en composant j’ai eu envie d’écrire peut-être quelque chose qui est difficile à dire lorsqu’on parle. Il est vrai que la musique permet de s’exprimer mais bien sûr je ne parle pas uniquement de moi dans cet album. Un album où l’on parlerait que de soi ne serait pas très intéressant. Ce n’est pas un album autobiographique. Bien sûr, il y a des messages que j’ai eu envie de faire passer mais par exemple pour la chanson sur la maladie d’Alzheimer, j’ai eu envie de parler des personnes que j’ai rencontrées parce que ça m’a beaucoup touchée. Dans l’album Douceurs d’Enfance, on peut se retrouver dans ses souvenirs d’enfance, ce qui est bien aussi

Parmi tous les titres de ce nouvel album, est-ce qu’il y a un titre que tu préfères et pourquoi ?

C’est difficile de devoir choisir. En fait, il y en a trois qui sont à égalité pour moi. Je dirais « Ton énergie » parce qu’il est vrai que ce titre a un parfum un peu celtique que j’aime particulièrement. Je suis allée à Quiberon justement pour tourner cette vidéo Lyrics. Quiberon, c’était l’endroit où je passais mes vacances avec mon père lorsque j’étais enfant. Mes parents sont divorcés en fait et j’avais 6 ans lorsque nous sommes partis en vacances pour la première fois à Quiberon en tant qu’enfants (mon frère et moi) de divorcés donc ce titre me touche énormément et j’aime bien cette chanson. Ensuite je dirais « Plus libre d’être » par ce que c’est un cri de l’âme et également « Mais où es-tu ? » parce que c’est une chanson qui me touche aussi beaucoup. Mais, si il faut en choisir qu’une alors peut-être « Plus libre d’être ».

Parlons un peu maintenant de ta tournée qui débute. De nombreuses dates à travers toutes la France, des showcases, des concerts privés… peux-tu nous en dire un peu plus ?

Oui, alors déjà il y a 20 dates qui sont confirmées. Il y aura une quarantaine de showcases dans plusieurs régions de France. Je vais passer par le Sud, Avignon, Marseille, je vais aussi aller en Auvergne, en Bourgogne, dans le Nord-Pas-De-Calais, en Bretagne, en Normandie… Enfin, beaucoup de régions de France. Pas mal de dates aussi en Île de France. Je trouve ça très sympa le côté showcase. Après avoir chanté, ça me permet d’aller à la rencontre des gens, je leur offre des affiches, des cartes postales, je discute avec eux. Je fais des dédicaces aussi et quelques photos avec les personnes qui me suivent déjà mais également avec le public qui me découvre. En fait c’est très intéressant ce mélange.

Et justement tu as fait ton premier showcase à Sainte-Geneviève-des-Bois. Comment s’est passée cette rencontre ?

Pour le premier passage, j’étais un petit peu stressée, mais je chante très souvent, j’ai l’habitude de chanter donc ça revient vite en fait. Et il y a le plaisir de chanter, de voir que les gens sont touchés. C’était une rencontre avec les fans mais aussi avec de nouvelles personnes. Certains sont venus d’assez loin, d’Alsace, du Nord donc il est vrai que ça m’étonne toujours de me dire que les gens se sont déplacés de si loin pour moi. C’est très touchant, c’est étonnant. J’espère en tout cas que ça leur apporte quelque chose. Savoir qu’on touche les gens ça fait beaucoup de bien. Quand je vois les gens touchés et heureux, c’est ce qui me fait plaisir.

Tu es très présente sur les réseaux sociaux, tu postes souvent des photos, des commentaires… ces liens que tu tisses avec tes fans sont importants pour toi ?

Oui bien sûr, moi je suis naturelle et spontanée. Même si je ne suis pas très photos (Rires), je sais que les gens aiment bien donc je le fais pour eux.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ? As-tu une petite exclusivité à dévoiler à aficia ?

Pour le moment, c’est un peu difficile parce qu’il y a pas mal d’actualités. Actuellement, il n’y a pas vraiment de choses de prévues en dehors des showcases et concerts privés et de la promo de l’album. En ce qui concerne la composition, je suis en train de composer également des musiques de films mais je ne sais pas si c’est une exclusivité. Je posterai la musique que je suis en train de composer pour permettre aux gens de la découvrir et on verra. Ce que je peux dire, c’est que je tournerai mon 3ème clip en tant que réalisatrice cet été.

Emilie Smill, sa playlist exclusive…

Comme toujours lors des interviews, nous avons également souhaité connaître quelles étaient les musiques qu’Emilie Smill écoute, et c’est tout naturellement qu’elle a accepté de dévoiler ses coups de coeur musicaux pour aficia.

Alors, ce sont donc des musiques aux styles très différents que l’on peut retrouver dans la playlist d’Emilie Smill. Elle nous a d’ailleurs confié écouter souvent la radio et elle aime beaucoup l’univers musical de Calogero. Également, la jeune artiste apprécie le chanteur Vianney et les titres « Pas là », ainsi que « Je te déteste ». Pascal Obispo a séduit aussi Emilie avec sa chanson « Je ne sais plus, je ne veux plus ». Dans un tout autre registre, la jeune interprète aime beaucoup Nolwenn Leroy et surtout les titres issus de son album Bretonne, aux sonorités celtiques comme par exemple « Tri Martolod ». Mais, ce qui avant tout inspire Emilie Smill, c’est tout simplement la grande musique. La jeune artiste écoute régulièrement Chopin, Mozart ou encore Beethoven, car c’est pour elle la seule et unique « …musique qui laisse place à l’imagination avec un sentiment de liberté, que les radios n’offrent pas… ». Et le véritable coup de coeur d’Emilie Smill, et bien c’est indéniablement la superbe valse de Dimitri Shostakovich avec le morceau « Waltz N°2 ».


Vous en savez un peu plus maintenant sur Emilie Smill, son nouvel album, ses passions, ses projets à venir… mais nous avons souhaité en savoir davantage encore sur cette artiste en lui proposant de répondre aux questions de notre portrait décalé. Une façon amusante de mieux connaître Emilie Smill qui a accepté de jouer le jeu…

Le portrait décalé d’Emilie Smill…

Ta couleur préférée ? En fait je n’ai pas de couleur préférée. J’aime les nuances. La nature est belle parce qu’elle est pleine de couleurs différentes.

Si tu étais un sentiment ? L’espoir.

La chanson qui te fait danser ? Je suis très nulle dans ce genre de questionnaire je vous préviens (Rires). Je ne danse pas (Rires) je passe.

Au contraire, la chanson qui te fait pleurer ? « C’était l’hiver » de Francis Cabrel.

Un endroit qui te fait rêver ? L’Irlande et le Canada.

Un objet que tu gardes toujours avec toi ? Je n’ai pas de grigri. Au niveau des bagues peut-être, il y en a une que je garde toujours.

Ton plat préféré ? Les sushis et le moelleux au chocolat.

Ta citation favorite ? J’aime bien « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse ».

Ta plus grande qualité ? C’est difficile… (Rires). Il paraît que je suis généreuse.

Inversement, ton plus grand défaut ? Je suis chiante (Rires). Mon plus grand défaut, je suis perfectionniste, parfois c’est pénible, vraiment, je m’agace moi-même.

Une actrice de cinéma que tu admires ? Ingrid Chauvin.

Ta devise dans la vie ? Il faut être soi, rester soi-même malgré tous les coups qu’on peut prendre. Ne pas mentir aux gens, être vrai et essayer en tout cas d’atteindre ses rêves sans écraser les autres. C’est important aussi. Réaliser ses rêves sans briser ceux des autres.

C’est la fin de notre interview, mais la tradition chez aficia est de toujours laisser le mot de la fin à l’artiste. Tu as donc carte blanche pour t’adresser à nos lecteurs, ton public, tes fans…

Alors déjà je voulais vous remercier pour l’article de la dernière fois et pour l’interview également. C’est très gentil de vous intéresser un petit peu à ma musique et à moi et quant aux lecteurs et à mes fans, je vais également les remercier de lire cette interview, de m’écouter et de me suivre. Leur soutien est vraiment précieux. C’est vrai que pour moi, la musique est quelque chose de très important et avoir des gens qui me soutiennent, ça me fait hyper plaisir et j’espère leur apporter vraiment quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview pour Aficia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Interview] L'interview pour Intro.de
» [interview]Interview pour TOPP #11 (Norvège).
» [Interview] Bill Kaulitz pour Stern magazine
» [Itw] Interview de Jin pour Hitz.fm Malaysia
» Un tricone National pour 46 euros !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Emilie Smill :: Presse :: 2016-
Sauter vers: